Vous êtes ici

Négociation sectorielle

Mardi 2 Juin 2015, 11:30

Concertation sectorielle dans le textile terminée avant même de commencer

Les négociations pour de nouvelles CCT sectorielles dans le secteur du textile sont dans l’impasse en raison d’une exigence totalement inacceptable des employeurs. “S’ils s’obstinent dans cette voie, toute concertation sociale sera impossible dans le secteur du textile”, constate le secrétaire fédéral Dominique Meyfroot. “Ils hypothèquent lourdement le climat social dans le secteur.”

Le mercredi 27 mai, le front commun syndical pour la commission paritaire du textile a déposé son cahier de revendications pour la CCT 2015-2016. Mais la surprise fut grande lorsque la fédération des employeurs Fedustria a refusé de réagir à ce cahier de revendications qui met l’accent sur le pouvoir d’achat, l’emploi et le travail acceptable pour tous les travailleurs.

Fedustria refuse d’entamer les négociations sectorielles normales parce que les syndicats contestent le saut d’index via la Cour constitutionnelle. Les employeurs n’acceptent de négocier que si les syndicats signent au préalable un accord prévoyant une compensation au niveau des coûts salariaux pour les employeurs si le saut d’index devait être annulé par la Cour constitutionnelle. En d’autres termes, si la plus haute juridiction du pays rend un jugement qui ne les satisfait pas, ils veulent une échappatoire qui leur permettrait de contourner ce jugement. Une belle forme de respect de l’Etat de droit!

La compensation salariale demandée devrait être calculée sur les marges pour les négociations de 2017 – 2018.

Pour la Centrale Générale-FGTB une telle exigence est absurde. Selon Dominique Meyfroot, c’est une provocation intolérable : “Les employeurs du secteur du textile doivent oublier cette idée au plus vite. Nous n’accepterons jamais une compensation conditionnelle et automatique qui permettrait aux employeurs d’aller simplement se servir dans la poche des travailleurs. Nous préparons avec nos militants un programme d’actions . Des grèves ne sont pas exclues.”

L’ensemble du front commun syndical a rejeté la demande de Fedustria. La FGTB – la CSC et la CGSLB distribuent aujourd’hui un tract dans les entreprises du textile afin d’informer les travailleurs.