Vous êtes ici

Actualité

Jeudi 4 Décembre 2014, 14:15

Des dangers parfois insoupçonnés

Entre le moment où une peau brute arrive dans une tannerie et celui où vous arborez fièrement vos nouvelles chaussures, vos gants, vos ceintures et vos beaux sacs , il y a tout un processus de transformation du cuir qui n’est parfois pas sans danger pour la santé des travailleurs. Pour les sensibiliser à la prévention, une journée d’étude était organisée en novembre dernier à l’attention des délégués du secteur. 

L’objectif de cette journée était clairement de les sensibiliser et de les informer sur les substances et préparations dangereuses qu’ils manipulent au quotidien mais aussi de mettre l’accent sur l’importance de la prévention. 

Une mauvaise information 

Découpe, tannage, teinture, confection sont autant d’étapes indispensables qui ne peuvent être effectuées sans produits chimiques. Or, les méfaits de ceux-ci sont parfois insoupçonnés des travailleurs. Le docteur Lukas Soens participait lui aussi à la journée d’étude. Il est venu expliquer aux délégués les dégâts que certaines substances pouvaient faire sur leur santé. Perte d’odorat, migraines, mais aussi cancer des sinus, de la peau ou des poumons pour ne citer que quelques exemples. Dans certains cas, c’est la fertilité des travailleurs qui est attaquée par des substances toxiques.

On le voit, il s’agit de risques réels. Il est donc essentiel que les délégués et les travailleurs soient bien informés des dangers et risques auxquels ils sont exposés. 

Le rôle du CPPT

Dans un tel contexte, la prévention est d’une importance capitale. Pour agir dans ce domaine, le CPPT, le Comité pour la Prévention et la Protection au Travail est l’organe par excellence où vos délégués peuvent agir. En effet, outre l’arsenal juridique, notamment de la législation européenne Reach, les délégués au CPPT ont aussi la possibilité de se prononcer sur certaines substances, de réclamer des moyens de protection adaptés ou, le cas échéant, de proposer des alternatives comme par exemple une étude ergonomique pour pallier aux troubles musculo squelettiques. 

Pour Brahim Hilami, secrétaire fédéral de la Centrale Générale – FGTB, cette journée d’étude était particulièrement intéressante: « Pour les délégués, une telle journée permet de recevoir une information plus spécifique par rapport à leur domaine d’activités. Mais pour nous aussi, ces journées sont enrichissantes. Elles nous permettent de mieux appréhender les problèmes auxquels les travailleurs sont confrontés sur le terrain ».