Vous êtes ici

Négociation sectorielle

Mardi 9 Juin 2015, 14:30

La concertation sociale dans le textile peut enfin commencer

Les négociations pour une nouvelle convention collective de travail dans le secteur du textile étaient mal parties. Fedustria, la fédération patronale avançait une exigence inacceptable. Devant la réaction déterminée du front commun syndical, les employeurs ont vite fait marche arrière. 

Le mercredi 27 mai 2015, le front commun syndical présentait au sein de la commission paritaire du textile son cahier de revendications commun pour la CCT 2015-2016. Mais au grand étonnement de tous, la fédération patronale Fedustria refusait de réagir aux revendications syndicales qui mettaient l’accent sur le pouvoir d’achat, l’emploi et du travail supportable pour tous. 

Fedustria avait du mal à accepter que les syndicats combattent le saut d’index devant la Cour constitutionnelle. Les employeurs ne voulaient commencer à négocier que si les syndicats signaient au préalable un accord prévoyant une compensation au niveau des coûts salariaux pour les employeurs si le saut d’index devait être annulé par la Cour constitutionnelle. En d’autres termes, si la plus haute juridiction du pays rend un jugement qui ne les satisfait pas, ils voulaient une échappatoire qui leur permettrait de malgré tout obtenir l’effort de 2 %. 

“C’est une chose que nous n’aurions bien évidemment jamais acceptée”, nous dit le secrétaire fédéral Dominique Meyfroot. “Nous n’accepterons jamais une compensation conditionnelle et automatique qui permettrait aux employeurs d’aller simplement se servir dans la poche des travailleurs. Nous avons immédiatement informé les travailleurs du secteur du textile. Nous leur avons dit que cette idée devait être remballée le plus vite possible.”

Et c’est ce qui s’est passé. Les employeurs ont retiré cette exigence. Les négociations peuvent à présent reprendre et en principe, un nouvel accord sectoriel devrait être prêt début juillet.