Vous êtes ici

Actualité

Mardi 13 Janvier 2015, 10:15

Pas de fusion aux dépens des droits des travailleurs !

En 2015, Lafarge et Holcim pourraient fusionner et devenir le premier acteur mondial de l’industrie du ciment. La direction et les actionnaires se frottent les mains mais pour les travailleurs, c’est l’incertitude totale en ce qui concerne leur emploi lors de l’après-fusion.

Selon la direction, l’union LafargeHolcim sera entérinée durant le 1er semestre 2015. Ce nouveau groupe deviendrait alors le leader du secteur de l’industrie du ciment avec 32 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il occuperait quelque 130.000 travailleurs.

Cette pole position ferait les choux gras de la direction et des actionnaires. Mais la fusion laisse planer une profonde incertitude chez les travailleurs totalement snobés durant le processus. La direction n’a pas hésité à rejeter l’appel des syndicats à la transparence et à un véritable dialogue.

Place à la riposte des travailleurs !

Lors d’une réunion mondiale organisée par l’IBB, IndustriAll et la FETBB en novembre dernier, 75 dirigeants syndicaux représentant les travailleurs de Holcim et Lafarge dans 22 pays, ont convenu de lancer une campagne mondiale pour réclamer le respect des droits des travailleurs.

Le coup d’envoi a été donné le 15 janvier dernier avec une action d’information. Dans ce message, syndicats et travailleurs des quatre coins du globe ont adressé une série de revendications à leur direction : la protection des conditions de travail, le respect de l’ensemble des conventions collectives, le maintien du dialogue social de niveau mondial, la consultation des travailleurs et de leurs syndicats dans le cadre du processus de fusion.

Pour Katrien Van Der Helst et Robert Vertenueil, responsables du secteur du ciment, il est clair que les actions à venir feront office de piqure de rappel. Robert nous explique : « Sans les travailleurs, les deux entreprises n’auraient pas connu une telle réussite financière. C’est donc un juste retour des choses que de respecter leurs droits lors de cette fusion ».