Vous êtes ici

Action

Lundi 20 Octobre 2014, 14:00

Plan d'action du front commun - Ne vous faites pas plumer !

Hors de question de se faire plumer alors que les riches et les patrons s'engraissent. Les syndicats ne peuvent pas le tolérer. En novembre et décembre, le front commun syndical a mené des actions tournantes suivies d'une grève nationale pour montrer son opposition aux plans du gouvernement. Toutes les régions du pays ont répondu à l'appel. Si le gouvernement maintient sa politique d'austérité, les actions se poursuivront dans les semaines à venir. 

Afin d'expliquer le pourquoi de notre mobilisation, diffusez le tract suivant autour de vous Ce gouvernement va tous nous dépouiller ! Manifestons.

Nous avons également passé à la loupe certains thèmes qui vont subir de profonds chamboulements si nous laissons faire le gouvernement antisocial Michel :

Retour sur les étapes du plan d'actions

  • 6 novembre 2014 : manifestation nationale. Lire plus
  • 24 novembre 2014 : grève tournante provinces de Luxembourg, Hainaut, Limbourg et Anvers. Lire plus
  • 01 décembre 2014 : grève tournante provinces de Namur, Liège, Flandre Occidentale et de Flandre Orientale.
  • 08 décembre 2014 : grève tournante provinces de Brabant Flamand et de Brabant Wallon et Bruxelles.
  • 15 décembre 2014 : grève nationale - Le tract de la grève nationale

N’acceptez pas! Battez-vous!

Rejoignez-nous! Ne vous laissez pas dépouiller! C’est l’appel que lance la Centrale Générale de la FGTB à tous. Les économies, les diminutions et la fracture sociale que le nouveau gouvernement de droite veut entreprendre sont aussi incroyables qu’inouïes. Toutes les travailleuses et les travailleurs seront durement touchés, peu importe que vous soyez au travail, demandeur d’emploi ou que vous arriviez en fin de carrière. Nous revenons sur un certain nombre de mesures qui touchent durement nos secteurs.

On ne rattrape jamais un saut d’index

Un saut d’index. Et un gel des salaires. Qu’est-ce que ça va nous coûter? Attardons-nous uniquement sur le saut d’index. Quelle en est la conséquence pour un salaire moyen dans quelques-uns de nos secteurs ? Il ne s’agit bien évidemment pas d’une somme fixe, chaque situation étant différente. Mais cela permet malgré tout de se faire une image assez précise. Celui qui travaille à temps partiel dans l’industrie du tabac perd 311 euros par an. Pour un emploi à temps plein dans les titres-services, cela représente en moyenne une perte de 470 euros par an. Dans le secteur du nettoyage, ça grimpe jusqu’à 590 euros. Et pour les agents de gardiennage, nous parlons de 600 euros par an. Et pour celui qui travaille dans le secteur graphique, dans un système de trois équipes, la perte s’élève à 910 euros. Chaque année, car un saut d’index n’est jamais rattrapé.

Et pour les travailleurs de la construction, plus de prépension incapacité médicale?

L’âge pour la prépension augmente considérablement. La prépension normale passe à 62 ans. La prépension pour carrière longue ou travail de nuit passe d’abord à 58 ans et ensuite à 60 ans. Quant à la prépension spéciale 'incapacité médicale’ pour les ouvriers de la construction, elle est sur la sellette! A ce propos, des éclaircissements urgents sont nécessaires.

Moins d’argent pour le chômage temporaire, un coup dur pour les agents de gardiennage

Lorsque vous êtes en chômage temporaire, vous recevez une allocation de chômage. Celle-ci s’élève à 70 % du salaire. De nombreux ouvriers et ouvrières reçoivent en plus un complément du fonds social du secteur. C’est notamment le cas pour les agents de gardiennage. Depuis quelques années, ils sont particulièrement confrontés au chômage temporaire pour raisons économiques. C’est très ennuyeux car de toute façon, les allocations sont inférieures au salaire normal. Et que voyons-nous à présent? Ces allocations seront encore plus basses. Il ne s’agira plus de 70 % d’allocation de chômage mais bien de 65 %. Et le complément sectoriel n’est pas repris. Pour les agents de gardiennage, il s’élève à 11,25 euros. A présent que les salaires sont bloqués, les employeurs ne vont jamais accepter d’augmenter ce montant.

De nombreuses femmes dans les titres-services perdent 250 euros par mois

Vous connaissez l’AGR? C’est l’allocation de garantie de revenus. C’est une allocation complémentaire pour les travailleuses occupées à temps partiel parce qu’elles ne trouvent pas de temps plein. Nous parlons volontairement de travailleuses parce que la plupart du temps, ce sont les femmes qui sont concernées, notamment dans le secteur des titres-services. L’AGR fait en sorte que les revenus restent plus ou moins acceptables. Le gouvernement de droite opère des coupes sombres. Il veut accorder cette allocation pendant encore deux ans et ensuite, elle sera réduite de moitié. Et en cas de cohabitation, le gouvernement va encore plus loin. Prenons un exemple: vous recevez 500 euros, en général c’est dans ces eaux-là. Après deux ans, vous perdez 250 euros par mois. Même si vous travaillez et même si vous êtes toujours prêt à accepter un travail à temps plein. Mais pas de chance! Et pour le gouvernement de droite, cela vaut bien une peine ferme de 250 euros.