Vous êtes ici

Point de vue

Mercredi 8 Juin 2016, 13:30

Point de vue - Oui d'autres solutions existent

Depuis son arrivée au pouvoir il y a deux ans de cela, le gouvernement de droite ne cesse de dire qu’il veut faire des économies drastiques. Que cela fera mal. Et jusqu’à présent, ce gouvernement est fier de son intransigeance, il est fier de ne pas céder à la protestation.

Nous aussi, nous disons que ces mesures font mal. Nous disons que le saut d’index et le blocage des salaires touchent durement les travailleurs. Mais nous disons aussi que le gouvernement a l’intention de déréguler tellement en profondeur la durée du travail que cela fera mal à tout le monde. Et nous disons aussi que ce gouvernement se montre intransigeant, qu’il ne laisse aucune place à la concertation.

Mais lorsque nous affirmons cela, les politiciens de la majorité disent que c’est de la désinformation. Ils affirment même que la situation n’est pas aussi grave. Ils se contredisent. C’est un premier signe qui prouve qu’ils ne sont pas tranquilles face à la protestation croissante.

Parce qu’en effet, de plus en plus de gens font comprendre que la politique de ce gouvernement est profondément injuste. Plus la fortune est importante, moins il faut contribuer. Plus le salaire est faible, plus il est dur à gagner …

Robert Vertenueil, secrétaire général

… Et aujourd’hui, les gens savent que cette politique pratiquée par le gouvernement ne fonctionne pas. Le budget de l’Etat n’est pas sous contrôle. Le chômage reste élevé. La sécurité sociale est démantelée. Les nouveaux emplois sont médiocres, temporaires ou des flexi-jobs à temps partiel.

Ce n’est pas de la désinformation mais la terrible réalité. Et c’est pour cela que notre syndicat organise la protestation. C’est pour cela que nous invitons tout le monde à faire grève le 24 juin.

Il existe une alternative à cette politique désastreuse. Une alternative qui sort les gens en difficulté de la pauvreté. Une alternative qui donne un nouvel essor à l’économie. Ce que nous exigeons via notre grève, c’est d’être sérieusement entendu.

Pour nous, tout tourne autour de vrais bons emplois, d’un pouvoir d’achat fort et d’un système d’impôts justes. C’est de cette manière que l’on pourra renouer avec la croissance et la prospérité. C’est ainsi que l’on pourra préserver notre sécurité sociale.

On compte sur vous le 24 juin. Pour une alternative sociale juste.

Werner Van Heetvelde, président

Notre alternative