Vous êtes ici

Autrement et mieux, c'est possible !

Et toi, être mis au lit à 17h, ça te donne envie?

Non? Pourtant, pour de nombreuses personnes âgées et les malades de longue durée, c’est la dure réalité. Par manque de personnel. La qualité de nos soins régresse. En cause ? Les nombreuses économies imposées par ce gouvernement et le manque total d’investissements. C’est pour cette raison que les travailleurs du secteur ont mené une action ce 24 novembre.

Les défis à relever dans le non marchand sont de plus en plus nombreux. Les situations à gérer sont de plus en plus complexes et engendrent une charge de travail de plus en plus lourde. 

  • La stabilisation (contrats CDI) et la création d’emplois doivent aider à faire face à ces situations. Et pourquoi pas oser la réduction du temps de travail avec embauche compensatoire, sans perte de rémunération.

Le pouvoir d’achat est le moteur de notre économie. Mais les salaires dans le non-marchand sont bas et les travailleurs ont en outre dû subir un saut d’index.

  • Nous voulons une augmentation des salaires bruts, le remboursement à 100% des frais de transport, un 13e mois, etc.

Le Gouvernement fédéral relève l’âge de la pension et supprime pratiquement la prépension. Les possibilités de crédit-temps sont de plus en plus restreintes. La flexibilité n’a plus de limite. 

  • Stabiliser les horaires, garantir une plus longue période de vacances, soulager la fin de carrière, renforcer l’encadrement, lutter contre le temps partiel involontaire etc, autant de mesures à prendre pour permettre un travail de qualité et trouver un juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Pour plus de personnel. Pour du travail faisable. Pour des soins de qualité.

Pour tous, toi aussi.

Et toi, tu tiendras jusqu'à tes 67 ans? 

Travailler tous les jours sur chantier jusqu’à 67 ans ? Huit heures par jour à la chaîne ? Prendre le train aux petites heures pour se rendre au boulot ? Rares sont ceux qui se voient tenir jusqu’à 67 ans. Et toi, tu tiendras ?

Non, travailler jusqu’à 67 ans, ce n’est pas tenable. Pourtant, c’est l’intention de ce gouvernement. Au lieu d’améliorer nos pensions, il les démantèle petit à petit.

  •  L’âge de la pension est passé à 67 ans. Mais ce n’est pas tout. Les possibilités de partir plus tôt ont été rendues quasi impossibles. Les conditions d’accès à la prépension sont devenues beaucoup plus strictes. En plus, le gouvernement rend les prépensions plus chères pour les employeurs, ce qui réduit encore les chances d’y accéder
  •  Nous exigeons du gouvernement qu’il prenne des mesures pour que les travailleurs qui accomplissent un travail pénible puissent partir plus tôt. Le gouvernement veut bien en discuter, mais il ne prévoit aucun budget. Sans argent, il n’est pas possible de prendre des mesures. Bref, c’est une boîte vide.
  •  Mais travailler plus longtemps, ça ne suffit pas pour ce gouvernement. Il chipote aussi sur le mode de calcul de la pension. A l’avenir, les périodes de chômage - et de prépension compteront moins pour le calcul de ta pension. Le chômage économique et le travail à temps partiel avec complément sont eux aussi visés. Concrètement, cela signifi e que tu pourras perdre jusqu’à 88 euros de pension par mois alors que nos pensions sont déjà très basses.

C’est pour cette raison que nous étions en action le 28 novembre

Pour des carrières tenables. Pour du travail faisable. Pour une pension de qualité.

Pour tous. Toi aussi.

Et toi, tu pourras vivre avec encore moins?

Non ? Pourtant, c’est l’intention du gouvernement. Il rend impossible toute négociation sur les salaires pour les années à venir. Via ton syndicat ou pour toi, au niveau individuel. Or, les entreprises ne s’en sortent pas mal, les bénéfices et les dividendes augmentent.  

Mais la vie est de plus en plus chère. Les prix ne cessent de monter. Et si les salaires ne suivent pas, le pouvoir d’achat diminuera. Or, ce pouvoir d’achat est le moteur même de l’économie. 

Ce gouvernement s’attaque à vos sous

Depuis qu’il est au pouvoir, le gouvernement ne cesse d’aller dans votre portefeuille. Vous le constatez certainement par vous-mêmes en voyant la tête de votre compte en banque. Certainement à la fin du mois.

Ce gouvernement distribue des cadeaux aux riches et aux entreprises et va chercher l’argent dans la poche des citoyens ordinaires. Dressons la liste de ses mesures asociales:

Il rend la vie plus chère

Ce gouvernement a décidé d’augmenter la TVA sur l’énergie de 6 à 21 %. Ce qui représente pour une famille moyenne une augmentation de 133 € par an. Et ce n’est pas tout. Les soins de santé, les transports en commun, tout coûte plus cher.

Il s’en prend à votre pouvoir d’achat

En Belgique, les salaires sont automatiquement indexés. Ce qui signifi e que les salaires suivent l’augmentation des prix. C’est ainsi que vous pouvez continuer à acheter la même chose avec votre salaire. Vous maintenez votre pouvoir d’achat.
Mais ce gouvernement a imposé un saut d’index. Ce qui signifi e que votre salaire ne suit plus l’augmentation des prix. Résultat: 2% de perte de pouvoir d’achat. Pas grand-chose? Sur une carrière moyenne, cela représente une perte d’environ 25.000 €.

Il rend les augmentations des salaires impossibles

Ce gouvernement pense toujours que nous vivons au-dessus de nos moyens. C’est pour cela qu’il prend une autre mesure asociale. Il modifi e la législation afi n de rendre impossible pour les années à venir toute négociation pour une augmentation des salaires. Ni pour le syndicat, ni pour vous, à titre individuel. Et des amendes sont prévues pour les employeurs voudraient malgré tout accorder un extra.

Ce gouvernement refuse d’aller chercher l’argent là où il se trouve. 8 Belges sur 10 sont favorables à un impôt sur la fortune. Mais le gouvernement reste sourd à cette volonté. Et pendant ce temps, il continue de distribuer des milliards en cadeaux aux entreprises. Sans la moindre contrepartie. Pourtant, autrement et mieux, c’est possible. Découvrez nos alternatives

Cette femme paie plus d'impôts que son patron

Non? C’est à peine croyable, pourtant, c’est vrai. Dans certaines entreprises, la femme de ménage paie plus d’impôts que le patron. Les travailleurs paient leurs impôts en fonction de leurs revenus. Ceux qui gagnent plus paient plus d’impôts.

Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Les entreprises et les grosses fortunes peuvent bénéficier d’avantages fiscaux. C’est ainsi que certaines ne paient pratiquement pas d’impôts. Ce n’est pas juste. Chacun doit contribuer de la même manière. Les épaules les plus fortes doivent supporter les charges les plus lourdes. Et pas l’inverse. Mais le gouvernement ne veut rien y faire.

Des impôts justes, c’est logique

A la base, notre système fiscal repose sur un principe plein de bon sens : les plus riches contribuent plus que les plus pauvres. Mais au fil du temps, suite à diverses interventions du gouvernement, c’est l’inverse.

Les travailleurs supportent la charge fiscale la plus lourde via l’imposition sur le travail tandis que les revenus du patrimoine et du capital sont épargnés. Et ce n’est pas tout : les grosses entreprises et les plus fortunés bénéficient aussi de nombreux avantages fiscaux. L’image de la femme de ménage qui paie plus d’impôts que son patron n’est donc pas une exagération. Dans certains cas, c’est l’insupportable réalité.

Pourtant, Autrement et mieux, c’est possible !

Pour cela, il suffit d’imposer tous les revenus de la même manière. Il n’est pas juste que seuls les revenus du travail salarié soient taxés. Il est temps d’introduire un impôt sur le revenu ainsi qu’un impôt sur la fortune. 
C’est la seule manière de veiller à ce que les épaules les plus larges portent les charges les plus lourdes.

Grâce à des impôts justes, on peut :

  • dégager les moyens suffisants pour financer les besoins de la collectivité : enseignement, soins de santé, infrastructure, sécurité ;
  • dégager des moyens afin d’investir dans une économie durable, dans l’innovation et la création de nouveaux emplois de qualité ;
  • assurer une redistribution plus équitable des richesses et une sécurité sociale forte.

Une fiscalité juste, c’est une évidence. Pourtant, le gouvernement s’obstine et reste sourd à notre revendication légitime. Au contraire, il continue d’accorder des avantages fiscaux aux plus fortunés et à presser les travailleurs comme des citrons.

C’est pour cela que nous menons des actions. Pour des impôts justes. Pour tous. Toi aussi.

Autrement et mieux, c'est possible.

Actualité · Publié le 10 Janvier 2017, 14:15

Cette femme paie plus d'impôts que son patron. Tu trouves ça juste? Non? Pourtant, c’est vrai. Dans certaines entreprises, la femme de ménage paie plus d’impôts que le patron.  Lire la suite

Actualité · Publié le 13 Décembre 2016, 19:00

Non ? Pourtant, c’est l’intention du gouvernement. Il rend impossible toute négociation sur les salaires pour les années à venir. Lire la suite

Actualité · Publié le 28 Novembre 2016, 6:00

Travailler tous les jours sur chantier jusqu’à 67 ans ? Huit heures par jour à la chaîne?  Rares sont ceux qui se voient tenir jusqu’à 67 ans. Et toi, tu tiendras ? Lire la suite

Actualité · Publié le 24 Novembre 2016, 6:00

Non? Pourtant, pour de nombreuses personnes âgées et les malades de longue durée, c’est la dure réalité. C’est pour cette raison que les travailleurs du secteur mènent une action.... Lire la suite

Points de vue · Publié le 30 Août 2016, 13:45

Après presque deux ans de gouvernement Michel, les attaques contre les citoyens ordinaires ne faiblissent pas. Que du contraire. Les dernières attaques ont eu lieu pas plus tard que cet été. Lire la suite

Communiqués de presse · Publié le 24 Juin 2016, 11:00

Autrement et mieux, c’est possible. A la veille de la grève nationale du 24 juin, nous lançons une campagne mettant en avant des solutions pour sortir de la crise socio-économique. Lire la suite

Actualité · Publié le 22 Juin 2016, 9:00

Oui, des solutions plus justes existent. Ce gouvernement de droite est complètement à côté de la plaque. Il impose des économies drastiques, uniquement sur le dos des plus faibles.  Lire la suite