Vous êtes ici

Le gros mensonge du tax shift

Les salaires de janvier vont bientôt tomber et certains travailleurs seront agréablement surpris de constater une augmentation de leur salaire net. Mais ne vous bercez pas d’illusions, vous payez déjà le prix de cette augmentation. En additionnant les différentes mesures prises par le gouvernement Michel, vous allez vite déchanter. Leur tax shift est un gros mensonge. Voilà pourquoi.

Ca y’est, les ministres propagent leur bonne nouvelle : « Le salaire de janvier arrive, le tax shift que nous avons mis en place va porter ses fruits. Grâce à nous, tout le monde gagnera 100 euros en plus par mois. ».

Un véritable jeu de dupe dans lequel il ne faut pas tomber. Ils oublient sans doute de rappeler, que dans le même temps, nous payons tous le prix des mesures asociales qu’ils ont prises ces derniers mois. Non vous ne serez pas plus riches demain. Nous vous invitons à faire les comptes.

Saut d’index (perte d’une semaine de salaire par an)
Gel des salaires depuis 3 ans
Hausse de la TVA sur l’électricité
Hausse de toute une série de taxes et accises
Allocations familiales et pensions non-indexées
Enseignement plus cher
Hausse des prix des transports publics

On nous donne quelques cents, on nous prend bien plus

Au final, le soi-disant bonus que certains travailleurs vont percevoir ne compense aucunement les pertes occasionnées ces derniers mois. Lorsqu’on interpelle les ministres sur ces constatations, ils font la sourde oreille. Leur attitude est révélatrice de leur vilain mensonge. 

Nous ne pouvons pas les laisser tenir un tel discours. Nous devons répéter à tous ceux qui veulent bien l’entendre que c’est faux. Non nous ne sommes pas plus riches aujourd’hui grâce à leur tax shift. Que du contraire... Nous payons et nous paierons encore le prix de la politique de démolition du gouvernement de droite.

Et l’argent qu’ils prennent dans notre poche part en ligne droite vers les patrons et les riches. Faut-il encore rappeler que le gouvernement Michel a généreusement offert 4 milliards d’euros de cadeaux aux entreprises sans qu’on leur impose la moindre obligation de créations d’emplois? Si ce n’est pas se moquer du monde ?

Ensemble, nous devons mettre des bâtons dans les roues du gouvernement. Répétez autour de vous que nous recevons quelques cents, mais qu’on nous prend bien plus. Que le gouvernement nous vend un gros mensonge sur le tax shift.

Lire l’édito

Consulter le dossier de la FGTB sur le taxshift

Que rapporte le « tax shift »?

Des salaires nets plus élevés

Grâce au ‘tax shift’, le gouvernement nous promet une hausse salariale nette à partir de janvier 2016. En 2015 déjà, il nous promettait de compenser le saut d’index par un salaire net plus élevé. Il recommence. Cette fois, nous devrions conserver 100 euros de salaire en plus par mois.

Le graphique ci-dessous indique quel montant de cotisations ne sera pas retenu sur votre salaire en 2016, par rapport à 2015. Le montant exact dépend de votre salaire mensuel imposable.

Que constate-t-on ? La plupart des salariés bénéficient d’une augmentation du salaire net de 40 à 50 euros. Mais cette augmentation ne suffit absolument pas à compenser l’augmentation des coûts de l’électricité, du carburant, etc.

Mais…

Les réductions pour les entreprises sont bien plus importantes que celles des travailleurs, surtout en cas de travail en équipe. La Centrale Générale-FGTB a déjà dénoncé à plusieurs reprises cette situation. Le tableau ci-dessous présente la réduction SUPPLEMENTAIRE à laquelle les entreprises auront droit lorsque toutes les mesures seront entrées en vigueur (en 2019), en comparaison avec 2015. D’ici 2019, pour les bas et les hauts salaires, votre entreprise gagnera 100 euros par mois ! Pour le travail en équipe c’est 2 fois plus et ce dès le 1e janvier 2016.

tax shift 3

Qui paie ?

Ces réductions supplémentaires représentent un manque dans le budget d’environ 1.000 euros par salarié. Et ce, après déduction des nouvelles recettes fiscales, telles que l’augmentation de la TVA et autres taxes.

Le gouvernement compte sur les « effets de retour » pour combler ce trou : grâce aux subsides salariaux, les entreprises créeraient des emplois supplémentaires, entraînant davantage de revenus. Il n’existe aucune garantie de création d’emploi.

Si ces emplois ne viennent pas… de nouvelles mesures d’austérité suivront. Sur le dos des salariés et allocataires. On passera donc une fois de plus à la caisse.

Qu’avons-nous déjà supporté ?

  • Nous avons un saut d’index (pour la plupart des salariés, un saut d’index de 2% représente une perte supérieure à 50 euros par mois). 
  • Nos salaires sont bloqués depuis quelques années.
  • Nous payons plus de taxes sur l’électricité, le carburant, cigarettes, alcool, etc.
  • Des factures plus élevées par exemple pour l’enseignement, garde d’enfants,...

NOTRE CONCLUSION : Nous subissons des restrictions, même si notre fiche salariale affiche un montant très légèrement en hausse à partir de janvier 2016. A vous de faire le calcul final...

Points de vue · Publié le 28 Janvier 2016, 9:00

Les travailleurs et les allocataires sociaux paient le prix fort d’une politique de démolition du gouvernement de droite. Lire la suite

Votre recherche n'a donné aucun résultat.