Maladie longue durée - Appel à témoignages

Les mesures du gouvernement pour inciter les malades à reprendre le travail plus tôt fonctionnent-elles? Participez à notre enquête pour nous aider à aller plus loin.

Image retirée.

Le gouvernement a pris des mesures pour inciter les malades à reprendre le travail plus tôt. Ces mesures fonctionnent-elles? Ou font-elles la part belle à des licenciements et des économies ? Nous recherchons des témoignages. Participez à notre enquête pour nous aider à aller plus loin.

En décembre dernier, le gouvernement Michel introduisait une nouvelle procédure en matière de réintégration. Cette mesure doit aider les malades de longue durée à reprendre le travail plus rapidement.

Après deux mois de maladie, le travailleur reçoit un questionnaire de la part de la mutualité afin de déterminer si le travailleur entre en compte pour la réintégration. Mais le travailleur lui-même, ou son employeur, peut également demander le démarrage d’un trajet de réintégration. Ensuite, on examine s’il est apte à reprendre son travail initial ou s’il y a lieu de lui trouver un travail adapté.

Les chiffres publiés par Co-Prev, l’association sectorielle des services externes de prévention et de protection au travail, démontrent cependant que les trajets de réintégration conduisent, dans la plupart des cas, à un licenciement. Dans 72% des décisions, le travailleur est déclaré inapte à réintégrer son poste ou un autre poste dans l’entreprise. Le contrat de travail est alors rompu pour force majeure médicale, sans indemnité de licenciement.

La Centrale Générale – FGTB souhaite obtenir de plus amples informations sur l’impact de ces mesures. C’est pour cette raison que nous recherchons des personnes ayant été confrontées à la procédure de réintégration.

Participez à notre enquête