Petit chômage

Naissance, mariage, décès dans la famille... Il n’est pas facile de se rendre au travail dans ces cas-là. Vous avez le droit de vous absenter du travail tout en conservant votre salaire dans certaines circonstances d’ordre privé. La loi prévoit une série de cas où vous pouvez vous absenter sans perte de salaire: à l’occasion d’événements familiaux, pour accomplir des obligations civiques ou civiles. C’est le petit chômage, appelé aussi absences légitimes ou congé de circonstance. Il s’agit d’un minimum légal, car des conventions collectives sectorielles ou d’entreprises prévoient d’autres circonstances ou des durées plus longues.

Petit chômage : mode d’emploi

Prévenez votre employeur au préalable. Si c’est impossible en raison de la soudaineté de l’événement (décès d’un proche par ex.), vous devez l’en avertir dans les plus brefs délais. Si l’événement se produit un dimanche, un jour férié ou un jour de congé, il ne donne pas droit à une récupération (sauf exception ou dérogation conventionnelle).

Famille proche

Pour les petits chômages « familiaux », on parle souvent de famille proche. Il s’agit principalement de votre conjoint, vos enfants, père/mère, beau-père/belle-mère, (demi-)frère/soeur, beau-frère/belle-soeur, beau-fils/belle-fille, (arrière-)petits-enfants, (arrière-)grands-parents. Votre cohabitant légal est assimilé à votre conjoint.

Raison du congé Durée
Votre mariage 3 jours
Mariage d’un membre de votre famille proche Le jour même
Ordination ou entrée au couvent d’un membre de votre famille proche Le jour même
Naissance d’un enfant (congé de paternité) 10 jours (dont 7 indemnisés par la mutuelle)
Adoption d’un enfant (congé d’adoption) 6 semaines pour un enfant de moins de 3 ans
4 semaines pour un enfant entre 3 et 8 ans
(3 jours à charge de l’employeur. Les autres jours sont indemnisés à 82% du salaire plafonné. Le montant max. de l’allocation = € 107,91)
Décès de votre conjoint, de votre enfant ou de son conjoint, votre père/mère, votre beau-père/belle-mère 3 jours, entre le décès et l’enterrement
Décès d’un membre de la famille proche domicilié chez vous 2 jours, entre le décès et l’enterrement
Décès d’un membre de la famille proche Le jour de l’enterrement
Communion solennelle ou Fête de la jeunesse laïque de votre enfant

1 jour

si celle-ci tombe un dimanche, un jour férié ou un jour habituel d'inactivité :  le congé est reporté sur le jour habituel d'activité suivant ou précédant l'événement

Participation à un conseil de famille 1 jour max.
Séjour comme :
•    milicien dans un centre de recrutement ou dans un hôpital militaire
•    objecteur de conscience au service de santé administratif ou dans un établissement hospitalier désigné
3 jours max.
Participation à un jury, convocation comme témoin devant les tribunaux ou comparution personnelle ordonnée par la juridiction du travail 5 jours max.
Exercice des fonctions d’assesseur Le temps nécessaire, avec un max. de 5 jours