« Etre une femme ne doit pas te faire passer au second plan ! »

Une travailleuse sur cinq dans la chimie gagne moins de 14€ brut de l’heure (ou 2300 € brut). C’est le constat interpellant de l’enquête menée par la FGTB Chimie. L’industrie chimique renvoie pourtant l’image d’un secteur puissant de notre économie qui enregistre chaque année des milliards d’euros de bénéfices. La réalité est toute autre pour certains travailleurs, et tout particulièrement les femmes, qui sont loin de percevoir un salaire décent. C’est le cas de Delphine Cascino, déléguée FGTB chez Hedelab à Ghlin. 

La FGTB mène campagne pour un salaire minimum à 14€ brut de l’heure, qu’en est-il dans ton entreprise? 

Au sein de notre entreprise, nous sommes 6 ouvrières  pour une petite cinquantaine de travailleurs. Nous sommes toutes concernées par un salaire inférieur aux 14€. Une seule d’entre nous perçoit un salaire un peu plus élevé avec 14,11€ bruts, mais elle a dû attendre ses 15 ans d’ancienneté pour y parvenir. Moi j’en suis à 14 ans, et je suis à 13,82€ bruts. C’est révoltant. D’autant que la chimie est dans le top 3 des secteurs de Belgique.

Notre récente enquête conclue qu’il vaut mieux être un homme dans la chimie. Vrai?

Tout à fait. Les hommes sont mieux rémunérés dans notre entreprise. Pour une ancienneté et des compétences équivalentes, les hommes vont bénéficier d’une promotion, d’une augmentation salariale alors que les femmes vont être laissées pour compte. Nous ne faisons peut-être pas suffisamment de bruit, nous sommes trop effacées… 

Pourtant nous nous sommes battus pour qu’une barémisation soit mise en place dans notre entreprise afin de clarifier les choses et de mettre en place une rémunération juste. Elle est effective depuis l’été 2018 mais rien n’y fait, cette inégalité perdure. Le patron continue d’octroyer des promotions selon son bon vouloir. 

Comment changer les choses?

En tant que déléguée, je me bats au quotidien pour tenter d’améliorer les choses. Mais c’est très difficile au sein de notre entreprise car nous ne parvenons pas à mettre en place un rapport de force. Il faudrait qu’on arrête le travail et montrer une bonne fois pour toute qu’on existe, que nous méritons le respect et que nous sommes aussi méritantes que les hommes. 

Il existe également des campagnes telles que Fight for €14 qui conscientisent les citoyens à la question du salaire minimum. Les revendications sont claires, les faits sont là, mais nous devons nous mobiliser davantage pour espérer les faire aboutir. 

Un salaire inférieur à 14€ bruts de l’heure, qu’est-ce que ça signifie au quotidien?

Je vis seule avec deux enfants en garde alternée. Les fins de mois sont très difficiles étant donné le salaire que je perçois. Je préfère me priver de certains soins de santé afin de permettre à mes enfants de pouvoir bénéficier de soins. Et quand mes enfants ne sont pas à la maison, je mange des pâtes durant toute la semaine…