Vous êtes ici

Actualité

Lundi 19 Janvier 2015, 15:00

La solidarité, le thème central du Lundi Perdu 2015

Le Lundi Perdu est une tradition bien ancrée chez les travailleurs de l’industrie textile, confection, blanchisseries et Diamant. A cette occasion, les militants des secteurs concernés se réunissent avec leurs permanents syndicaux pour une séance académique. L’occasion de remettre ses vœux, de faire le point sur l’année écoulée, et de débattre de l’actualité syndicale.

Origine de la tradition

Pour la petite histoire, la tradition du Lundi Perdu trouve son origine au milieu du 20ème siècle. Les travailleurs du secteur de la préparation du lin, un pôle de notre industrie à l’époque, avaient pour habitude de prendre congé le lundi qui suivait l’épiphanie. Ce jour de congé était l’occasion de faire la fête, des rencontres, d’ accentuer la solidarité et de boire un verre entre amis... Les employeurs qualifiait cette date de « lundi perdu » car même quand ils tentaient de mobiliser leurs travailleurs pour travailler ce fameux lundi, c’était peine perdue. Cette journée de congé, les travailleurs y tenaient absolument.

Au fil du temps, la tradition s’est étendue aux autres secteurs du textile, du vêtement et du diamant. Voici 25 ans, cette fête prenait d‘ailleurs une dimension fédérale. Depuis lors, la centrale organise chaque année une séance académique et une réception qui rassemble les militants actifs et pré(pensionnés) dans les secteurs du textile, confection, blanchisseries et diamant.

Le samedi 10 janvier, il étaient plus de 300 à se réunir au Floréal Blankenberge pour l’occasion. Une journée bien remplie dont le thème central concernait les actions menées contre le gouvernement des patrons et des riches.

« On négocie tant qu’on le peut, on passe à l’action quand c’est nécessaire »

Lors des débats, Paul Lootens, le nouveau président de la Centrale Générale - FGTB, a tenu à rappeler que les actions menées contre le gouvernement fédéral fin 2014 ont rencontré un plus grand succès qu’escompté : « Malgré l’ampleur de la mobilisation et des revendications claires en ce qui concerne le pouvoir d’achat, la sécurité sociale, les services publics et la fiscalité, nous n’avons pas encore enregistré de résultat concret. »

Marc Goblet, secrétaire générale de la FGTB a ajouté que : « des négociations sur les différentes thématiques sont prévues dans les prochains jours avec les employeurs. Que du résultat de ces négociations dépendront les futures actions ».

Ces derniers mois, d’autres mouvements se sont mis en marche contre les décisions politiques du gouvernement. An De bisschop et Pascale Vielle, respectivement porte-parole de Hart Boven Hard et Tout Autre Chose, ont apporté leur contribution au débat du Lundi Perdu. Pour ces mouvements citoyens, des alternatives à la politique néo-libérale menée par le gouvernement sont possibles. Ils marquent leur opposition en menant des actions symboliques comme nous l’avons déjà relayé dans notre fil d’actualité.

Du positif dans les secteurs du textile

C’est ensuite Dominique Meyfroot, secrétaire fédéral en charge d’une partie des secteurs du textile, qui a clôturé les débats en parcourant les dossiers propres aux secteurs du textile.

Il s’est notamment réjoui de la réussite de la fusion entre la Centrale Générale et la Centrale Textile-Vêtement-Diamant : « Un an s’est écoulé depuis la fusion, on peut dire que c’est un franc succès ».

Il est ensuite revenu sur les négociations sectorielles en annonçant que, le nouveau statut unique a été introduit sans délai dans la récupération de textile et la confection. D’autre part, le secteur de la confection a introduit une nouvelle classification de fonction après 7 longues années de négociation.

Il a également souligné une note positive dans le secteur du textile. Les fonds sociaux ont clôturé l’année sans déficit. Ils peuvent donc à nouveau constituer des réserves. Dans le futur proche il faudra donc renégocier un nombre d’aspects en faveur des travailleurs dans le secteur du textile.

Pour conclure, Dominique a tenu à mettre l’accent sur l’absolue priorité d’empêcher le saut d’index. S’il est appliqué, les salaires dans le textile resteront bloqués pendant des années au niveau d’octobre 2012.

L’album photos du lundi perdu